MYCOLERON ©
Guide mycologique du pays oléronais
Famille

Espèce

Microscopie

Documentation



Mycenastrum corium  (Guern.) Desvaux    - Mycénastre

Basidiomes globuleux de 5 à 15cm, blanchâtres jeunes : La fine couche superficielle se désagrège par plaques irrégulières laissant apparaître l’épaisse enveloppe qui passe d’un brun- violacé à un brun-rougeâtre à maturité… Puis se brise en grosses lanières ou lambeaux irréguliers laissant apparaître une gléba brun foncé, un peu à la manière de Sarcosphaera crassa (commune sur Oléron mais printanière) ou Scleroderma geaster, avec lesquels il peut être confondu… Mais la microscopie très particulière ne laisse aucun doute sur son identité : Une préparation au 100ème de la gléba laisse  une surprenante impression de plan de ville futuriste (avec en prime les plans d’eau si la préparation est un peu loupée): le capilitium (10-15µm) très présent, non cloisonné et non poré est incrusté d’épines (5-20µm) caractéristiques,  et envahi par les spores (8-11µm) rondes classiques des gastéromycétes, subréticulées…

 Cette espèce rare et parfaitement typée s’avère être répandue dans le monde entier : Voici ce qu’écrit Guy Fourré à son sujet sur le forum de la SMMA : «  C'est en tout cas une espèce connue dans le monde entier, comme en témoignent les quelques notes bibliographiques ci-après :

- Bruce Fuhrer, dans "A field companion to Australasian fungi", p 97 : " Espèce du désert et des régions semi-désertiques, occasionnellement dans les dunes du littoral"

- David Arora (américain) dans "Mushrooms demystified" : "Sur sols de manèges à chevaux, champs fumés ou pâturés, très commun dans l'ouest et toute l'année en Californie"

- Sälägeanu (Roumanie) : "Dans les endroits sablonneux"

- Pilat (ex Tchécoslovaquie), dans "Les Gasteromycetes" : Signalé en Afrique, Amérique, Europe, Asie, Australie, Nouvelle Zélande, dans les lieux arides, aréneux, parfois sous robiniers, ou lisières de pinèdes, champs et pacages secs". Mais "rarissime en tchécoslovaquie".

Je garde pour la bonne bouche les Chinois : selon Ying & al., dans Icones of Medicinal Fungi from China", Mycenastrum corium apparaît dans les prairies, il est comestible à l'état jeune (!), et ses propriétés médicinales ne sont pas négligeables : Le sporophore sec tend à soulager les enflures, arrête les hémorragies et soulage les accès de fièvre et les bouffées de chaleur". Bon appétit et bonne santé ! »
Nous vous déconseillons toutefois sa consommation...

Considérée comme thermophile,  elle ne semble pourtant  pas être particulièrement méridionale : Une récente enquête sur le forum « mycologia europae » a permis d’avoir des signalements en Pologne , Hollande, nord de l’Allemagne notamment… Mais partout et même dans les contrées méditerranéennes elle est considérée comme très rare... En normandie par exemple, mentionnée à 5 reprises de 1868 à 1884 par d’excellents mycologues, elle n’a pas été repérée depuis...(com. JC Malaval)

Le littoral charentais avec 5 mentions (pour 4, 5, ou 6 stations : Ré –Rivedoux,2..la Palmyre-Bonne-anse,2..Dirée,1.. Saint-Trojan,1..) depuis 1990 semble être un secteur privilégié...

Les signalements qui indiquent les conditions de récolte confirment une prédilection pour les secteurs secs, ensoleillés, sablonneux et en général  amendés, souvent en bordure de pins.. et robiniers (qui affectionnent les terrains riches en matières azotées)

Réalisation scientifique: Guy DUPUY     >>> Contact
Mycoleron© 2005 Réalisation technique : François MARIE DIT ROBIN     >>> Contact
383 espèces - Dernière mise à jour le : 15 avril 2013
Administration (accès réservé)