MYCOLERON ©
Guide mycologique du pays oléronais
Les champignons des prairies et marais
Famille

Espèce

Microscopie

Documentation

Agaricus xanthodermulus  Callac & Guinberteau - Petit agaric jaunissant
oct 02 - Photo : Guy DUPUY
Peu commun - Eté - Automne
La récolte des rosés des prés peut parfois réserver des surprises : ces petits champignons, manifestement du groupe des agarics jaunissants, qui remplissaient le panier d’un mycophage, le 17 aout 1999, participèrent à la découverte sur Oléron d’une nouvelle espèce pour la science : jusqu’en 2002 nous les avions confondus avec le très rare Agaricus pseudopratensis (sous ses deux formes : var. pseudopratensis et var. niveus) dont ils semblaient posséder tous les caractères…mais cette année là Philippe Callac et Jacques Guinberteau, ingénieurs de recherche à l’INRA de Bordeaux engagèrent des études sur le groupe des agarics jaunissants : des exemplaires oléronais furent rapprochés d’autres récoltes déjà effectuées dans le Médoc, et la comparaison avec les espèces proches confirmera leur originalité (voir ci-dessous « pour aller plus loin ») : nous n’avions affaire ni à A. pseudopratensis ni à aucune autre espèce décrite à ce jour..

Les carpophores poussent en « ronds de sorcières » dans l’herbe, jusque là principalement sous ou à proximité de cupressus, sans que leur présence puisse être considérée comme indispensable. depuis cinq ans nous avons remarqué toujours sur le même secteur des poussées parfois importantes qui pouvaient se succéder de mi-aôut à mi-novembre : sur le même cercle (évolution d’un même mycélium) les champignons ont des caractères génétiques très marqués et constants d’une année sur l’autre : la ressemblance avec les agarics jaunissants –A. xanthodermus- est évidente mais leur taille ne dépassera pas 10cm pour une moyenne de 4 à 5cm (d’ou leur nom : « xanthodermulus= petit xanthoderme). Les revêtements du chapeau, identiques sur tous les exemplaires d’un même rond peuvent aller du blanc pur au brun grisâtre assez soutenu : la cuticule épaisse se fissure radialement en plaque ou lanière irrégulière du centre vers la marge… le jaunissement au frottement comme l’odeur de phénol, propres aux agarics du groupe des xanthodermes, sont peu marqués mais bien présents et nous avons noté un rougissement lent (5 à 15 mn) et net sur les pieds coupés… ce caractère s’estompe progressivement ensuite pour disparaître après quelques heures .

Probablement toxique comme les autres agarics jaunissants
Fiche créee le 23/02/2006
révisée le 07/02/2011
Réalisation scientifique: Guy DUPUY     >>> Contact
Mycoleron© 2005 Réalisation technique : François MARIE DIT ROBIN     >>> Contact
383 espèces - Dernière mise à jour le : 15 avril 2013
Administration (accès réservé)