MYCOLERON ©
Guide mycologique du pays oléronais
Famille

Espèce

Microscopie

Documentation

Calocybe gambosa  (Fr.:Fr.)Singer - Tricholome de la saint-Georges - Mousseron
avr 06 - Photo : Guy DUPUY
Commun - Fin mars à fin mai
Le tricholome de la Saint-Georges ou mousseron de printemps est une belle espèce très recherchée par les mycophages. Les ronds de sorcières réapparaissent fidèlement chaque année aux mêmes endroits et pratiquement aux mêmes dates. Les mycéliums reproduisent également très fidèlement et parfois trois «lunes» de suite pour certains – fin mars, tiers avril et mi-mai par exemple - les mêmes carpophores dont les teintes peuvent aller du blanc presque pur au beige foncé. Très ubiquistes, ils peuvent se rencontrer partout avec cependant une préférence pour les terres franches, peu sablonneuses, et les gros taillis d’épines noires, souvent en compagnie des Rhodocybe tronqués (Rodocybe gemina) et des entolomes des haies (Entoloma sepium, Entoloma clypeatum, etc...).
Il est considéré comme un très bon comestible, très recherché

Pour aller plus loin...       Documentation    
Les caractères morphologiques de tous les carpophores d’un même rond (mycélium originel) restent parfaitement identiques pendant …des dizaines d’années (constations personnelles faites depuis trente ans pour plusieurs cercles !!) : couleur, forme, taille… et même parasitage pour certains !!... restent les mêmes quel que soit les conditions du milieu qui évolue parfois avec l’extension du cercle : je connaissais (l’un a fini par disparaître) deux ronds, sur deux bosses de marais séparées par un fossé régulièrement inondé en hiver et au printemps… les carpophores de la première sont (toujours ) blancs presque pur avec un pied court, ceux de la seconde étaient ocre soutenu avec un stipe mince et long… au fil du temps les champignons du cercle ocre apparurent sur le versant de la première bosse et vite les deux mycéliums devinrent tangentiels, puis s’entrecoupèrent : pendant plusieurs année j’ai récolté des champignons ocres parfaitement identiques aux originels à l’intérieur du cercle des blancs…(et vice versa bien sûr)…
Ce simple exemple prouve au moins deux choses (on lit souvent l’inverse dans la littérature) :
- le terrain n’a aucune incidence sur les caractères génétiques des mycéliums
- il ne semble y avoir aucune évolution (hybridation etc…) lorsque deux mycéliums se rencontrent…
Fiche créee le 15/11/2006
révisée le 05/02/2011
Réalisation scientifique: Guy DUPUY     >>> Contact
Mycoleron© 2005 Réalisation technique : François MARIE DIT ROBIN     >>> Contact
383 espèces - Dernière mise à jour le : 15 avril 2013
Administration (accès réservé)